Expositions des Sciences de la Terre

sélect.Bande dessinée DIAMANT-SC.OUEST-n°320-2014 » La preuve que la Terre est ronde, c’est que les gens qui ont des pieds plats ont du mal à marcher. » Claude Bernard.

Illustration Sciences-Ouest.
Image à la une : la pangée, L’écume de la Terre, Claude Allègre, Fayard, 1999.
————————————

Exposition de la Maison des Minéraux de Crozon.

L’histoire géologique de la Bretagne, les cailloux nous la racontent – 3 panneaux sur bâche 80×60 cm – Site : www.maison-des-mineraux.org ( texte des panneaux, affiche et dépliant à disposition : genevieve.terriere@orange.fr).

sélect LOGO MAISON des MINERAUX

Une histoire mouvementée comme sur toute la surface de la Terre. Le sol breton voyage, du pôle sud (450 millions d’années) jusqu’ici, à cause de la dérive des continents ;Grenat Santec-Sélect. sous un climat glacé puis tropical ; avec des éruptions volcaniques et la montée des océans ; puis l’érosion. Nous le savons en étudiant les minéraux et en les comparant avec ceux d’autres régions de la Terre. L’histoire n’est pas finie, elle se poursuit sous nos pieds. La Terre tremble, la mer monte… la Bretagne n’a pas fini de voyager !

Illustration : grenat de Santec (Finistère) – photo Louis GUYADER.

 1 – Une histoire géologique mouvementée. L’histoire géologique de la Bretagne débute il y a 2 000 millions d’années (2 000 Ma), âge des plus anciennes roches de Bretagne (et de France). Les scientifiques écrivent cette histoire en plusieurs chapitres. Ces photographies de paysages actuels illustrent certains d’entre eux. Un climat froid : le climat évolue en permanence. Lors du dernier épisode glaciaire, les roches du sous-sol ont subi l’action destructrice du gel. Ces dépôts de roches éclatées sont fréquents en Bretagne. Vers 18 000 ans, la région devait ressembler à l’actuelle Sibérie. Non loin du pôle sud : les géologues ont découvert dans certains schistes de 450 Ma des petits débris de roches caractéristiques des délestages d’icebergs (pierres emprisonnées dans la glace puis relâchées dans l’océan lors de la fonte de celle-ci). Cela prouve que la Bretagne était proche du pôle… sud ! Une montagne se dresse : des roches déformées, transformées, fondues témoignent de la formation, vers 350 Ma, dune chaîne de montagnes comparable à l’Himalaya, la chaîne hercynienne. Elle résulte de l’affrontement, de la collision, de plusieurs masses continentales. La Bretagne était au cœur de cette bataille. La grande érosion : les roches situées en surface sont soumises à l’érosion : action de la pluie, du vent, du soleil, du gel. Elles sont réduites, fragmentées en blocs, galets, sables et poussières. Ces résidus sont emportés par les cours d’eau. Les reliefs s’effacent au fur et à mesure. Des volcans sous la mer : les chercheurs ont découvert en Bretagne des oreillers de lave basaltiques de 600 et 445 Ma. Il s’agit d’anciennes coulées de lave sous-marines.Une cordillère volcanique : certaines roches bretonnes témoignent de la formation d’une cordillère vers 540 Ma. Ces reliefs se forment au niveau des zones de subduction, là où un plancher océanique plonge sous un continent. La cordillère des Andes, en Amérique, en est un exemple actuel.Des volcans aériens : Certains volcans peuvent émettre des fragments de lave (cendres) lors d’éruptions. La Bretagne fut sûrement le théâtre de de ce genre de manifestations volcaniques, en témoignent les dépôts de produits volcaniques retrouvés à différents endroits datés de 600 et 445 Ma. Un climat tropical : certains calcaires bretons âgés de 390 Ma contiennent des fossiles de coraux comparables à ceux des mers chaudes actuelles comme sur l’île de Lifou en Nouvelle Calédonie. La Bretagne était sous les tropiques. Des océans s’ouvrent  : parmi les principales roches qui constituent la Bretagne, certaines (schistes et grès) se sont formées dans des océans par l’accumulation de sédiments (sable, vase, etc…).

 2 – Les principales roches de Bretagne. Les roches du sous-sol breton ne sont pas les mêmes partout : gneiss, granite, schiste, etc. Elles se sont formées de plusieurs manières et à différentes époques. Les chercheurs s’intéressent à elles pour comprendre et écrire l’histoire géologique de la Bretagne, comme de notre planète. Granite, formé par le refroidissement lent d’un magma (roche fondue) en profondeur dans le sous-sol. Schiste et grès formés par des dépôts de sable (grès) et de vase (schiste) en milieu marin. Micaschiste, formé dans le sous-sol par transformation d’une roche pré-existante (ex : schiste). Gneiss, formé dans le sous-sol par transformation d’une roche pré-existante (ex : schiste ou granite). Ophiolites, roches d’un plancher pré-océanique charriées sur le continent lors d’une collision. Basalte et rhyolite, formés par le refroidissement d’une lave issue d’un volcan. Sable, formé par l’usure de roches pré-existantes et de débris d’organismes vivants.

3 – l’histoire continue… L’histoire ne s’arrête pas là, elle se pour suit sous nos yeux, sous nos pieds ! La Terre tremble parfois, les rivières et la mer poursuivent leur travail d’érosion. Mais que deviendra la Bretagne dans quelques millions d’années ? Une île ? Une montagne se dressera-t-elle à nouveau ? Des volcans ressurgiront -ils ? Affaire à suivre … La mer monte, descend : Il y a 18 000 ans la mer était à – 125 m plus bas (ancien littoral indiqué en pointillés). Le niveau de la mer fluctue en fonction des variations climatiques. Les reliefs s’usent Les cours d’eau entaillent les reliefs et transportent les produits de l’érosion. Il reste encore quelques centaines de mètres à raboter ! La preuve : le Roc’h Ruz (nom breton signifiant « roc rouge ») du haut de ses 387 m est le point culminant de la Bretagne. Il fait partie des Monts d’Arrée. La terre tremble – Chaque petit point correspond à un tremblement de terre. Sa couleur indique l’intensité. Plus de 3 660 séismes sont enregistrés en Bretagne entre 1984 et aujourd’hui. La plupart sont de faible intensité. Le dernier gros séisme (magnitude 5,4) date du 30 septembre 2002 à 8h44. L’épicentre est situé à Languidic (au nord-est de Lorient).

Exposition complétée par une carte de situation de certains gisements minéralogiques bretons (un panneau70x90 carte géologique du massif armoricain –  BRGM), des photos de minéraux bretons (4 panneaux 30×100). Prêt de minéraux et de microscopes optiques possible.

Informations et réservations : genevieve.terriere@orange.fr ; 06 80 66 45 62.
——————————————————————-

Exposition du CNRS

Le CNRS explore les mers : richesses pour aujourd’hui et demain.                                Coraux atoll polynésien de FAKARAVA-T.VIGNAUD-Photothèque CNRS

Les océans couvrent 70% de la surface du globe et représentent 97% de l’eau terrestre. Pourtant ce sont les zones les moins connues de la planète ! Sources de vie, en interface avec l’atmosphère, ils jouent un rôle prépondérant dans les équilibres climatiques.

Dans un contexte où le réchauffement global constitue un élément clé dans le cadre d’un développement durable raisonné, la compréhension des océans est devenue une priorité scientifique.

Comprendre, explorer et exploiter les mers et les océans impliquent une recherche interdisciplinaire : sciences de l’univers, ingénierie, chimie et environnement, sciences du vivant et sciences humaines et sociales.

Le CNRS vous invite à plonger au cœur de cette recherche innovante, source de nouvelles connaissances…

Exposition de 16 panneaux 60 x 80 : 1. Titre – 2. Des algues invasives – 3. Comprendre la catastrophe pour prévenir demain – 4. Coup de chaud sur les espèces marines – 5. Des océans et des mers chargés d’histoire – 6. Utiliser l’énergie des mers – 7. Faire l’inventaire de la biologie marine pour la protéger – 8. Pétoncles et coquilles Saint-Jacques : des témoins climatiques – 9. La mer et les océans : sources de modèles pour la biologie cellulaire – 10. La pêche : gérer le prévement des ressources océaniques11. l’aquaculture : une voie innovante -12. Les oiseaux marins, sentinelles des changements climatiques – 13. Les médicaments du futur – 14. MEDIMEER : une plateforme expérimentale d’écologie marine – 15. Les mammifères marins explorateurs des mers – 16. Richesse et diversité du plancton marin.

Informations , textes des expositions et réservations : genevieve.terriere@orange.fr ; 06 80 66 45 62.
Illustration : atoll polynésien de Fakarava, photothèque du CNRS.

Films : voir l’article  »Films scientifiques  ».

———————————————————-

Expositions de l’Espace des Sciences de Rennes  (Site : www.espace-sciences.org ; diffusion@espace-sciences.org ; 02 23 40 66 46).

Terre planète active – Un monde à la carte ! – Les représentations de la Terre – La Bretagne vue de l’Espace.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés